Quand l’Art et la Vie se croisent dans l’activisme/Mars, Athéna et Venus en tant que catalyseurs d’énergies

Hier matin, à l’école Marie-Louise Bogart de Merville, on a fait des premiers test pour la vidéo qu’on ira réaliser ensemble autour de la construction du “Mur de la rage”, une action inspirée par une oeuvre de Niki de Saint Phalle et qui était partie par une réflection sur le conflit, sur la guerre et sur la nécessité, parfois, de prendre une position et de se battre pour des bonnes causes.
J’ai essayé d’entraîner nos deux magniphiques volontaires à me dire, avec conviction, contre quoi ils seraient prêts à se battre. Parmi toute les choses du monde qu’il n’aime pas, tout le monde a fait une liste de choses sur lesquelles il voudrait tirer. Après on ira vraiment construire un “Mur de la rage” collectif sur le quel chaque élève pourra mettre la chose la plus importante qu’il aura choisie par sa liste. Le 12 Mai, chacun tirera sur son mot accroché sur le mur collectif, avec une carabine à verni, en essayant comme ça de transformer la rage en creativité.

Ce qui m’a beaucoup surprise ça a été d’apprendre, aprés, que la Mairie de Merville voudrait fermer cette école. Des parents on déjà commencé à manifester avec des panneaux “Je suis Marie-Louise Bogart”. Les enfants, tous, on exprimé l’idée que sur notre mure de la rage, parmi toutes les autres choses, on puisse aussi tirér sur la fermeture de l’école: ils veulent exprimer leur mécontentement, leur désapprobation.

Bien evidemment, je suis trés surprise par cette nouvelle et par cette incursion inattendue de la vie et de l’activisme dans notre démarche artistique!
Mon rôle dans cette situation ce n’est pas de prendre une position mais de canaliser des énergies et des processus créatifs: il me semble tout à fait correcte de donner de l’espace sur notre mur aussi à cet événement qui maintenant secoue la vie et l’esprit de ces enfants.

Pour le reste, c’est aux parents, aux enseignants et aux élus de comprendre quel est le moyen le plus approprié pour clarifier cette situation et pour chercher une solution. C’est aux parties concernées de comprendre si une confrontation frontale est appropriée ou s’il ne serait pas mieux d’esseyer la voie de la médiation. Ceci est toujour un choix à faire quand on est dans un conflit, et pour ma part, vu que je suis ici pour réfléchir autour du centenaire de la Grande Guerre et des questions liées au conflit, maintenant je ne peux que donner ce conseille: si Mars nous ramene sur le champs de bataille, Athena, par contre, nous invite à la strategie. Avant de “tirer”, il faut bien reflechir! C’est bizarre comme tout rentre dans le “process work”…
J’invoque, donc, l’énergie d’Athéna mais surtout celle de Vénus, déesse de l’Amour, de l’Art et de la Beauté, dont Mars était fou amoureux, à intervenir!
…Que cette merveilleuse Déesse puisse me guider et nous guider tous!