Séances collectives

Les objets composent notre espace intime, ils trace une « ethnologie du chez-soi », ils servent comme « passeurs de memoire » et ils nous definissent en tant qu’etres sociaux. Ils orchestrent aussi, souvent, nos passages d’un mode de vie à un autre. “Dans un contexte de mobilité croissante et de mondialisation de la société, se définir en tant qu’individu se complique. Il faut pouvoir à la fois présenter une définition de soi-même cohérente et singulière, et trouver sa place au sein d’un groupe aux frontières de plus en plus incertaines”[1].

[1] Veronique Dassier, Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Éditions du CTHS, 2010, p.

Dans les photos ci-dessous, quelqu’un a crée une étoile, symbole d’un amour auquel on se rattache à chaque nuit, en regardant le ciel. Quelqu’un d’autre représente soi même sur son âne , en Afganistan . Et quelqu’un d’autre encore a créé un baobab sur une rivière, mémoire de sa propre enfance au Soudan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s